David Gordon White

En anglais et en français
Short video presentation of David Gordon White lecture

David Gordon White donnera une conférence sur les trois Yoga du Netra Tantra.
Avant le « sexe tantrique », il y avait la « violence tantrique », qui voyait les yogis tantriques s’aventurer seuls dans les terrains de crémation et autres paysages effrayants au cœur de la nuit pour offrir leurs corps aux yoginıs et yakshinıs, hordes bruyantes de créatures féminines nocturnes mangeuses de chair qui s’attaquaient aux vivants et aux morts. Les premiers écrits tantriques, qui relatent les conditions dans lesquelles les hommes s’offraient volontairement à la possession et à la consommation de ces féroces métamorphes, offrent une fenêtre sur l’appropriation tantrique unique d’un substrat démonologique préexistant en Asie du Sud (voire en Eurasie). Un texte remarquable attestant de cette forme précoce de pratique tantrique est le Netra Tantra, datant d’environ 850 de notre ère, qui, dans son vingtième chapitre, présente les « trois yogas » : le yoga suprême, le yoga subtil et le yoga grossier. Le premier implique d’être mangé par des yoginıs, le second de s’emparer du corps d’autrui, et le troisième de pratiquer la sorcellerie et la contre-sorcellerie. Dans mon exposé, je compléterai les descriptions des mots du Netra avec des données historiques de l’art pour démontrer la persistance de ces paradigmes démonologiques à travers l’Asie du Sud, l’Asie intérieure et l’Asie orientale.

David Gordon White a obtenu son doctorat (avec mention) à la Divinity School de l’Université de Chicago en 1988. Il a également étudié l’hindouisme à l’École Pratique des Hautes Études de Paris, en France, entre 1977-1980 et 1985-1986. Spécialiste des religions d’Asie du Sud, il est professeur émérite distingué d’études religieuses à l’Université de Californie, Santa Barbara, où il a enseigné de 1996 à 2021. Avant de venir à Santa Barbara, il a enseigné à l’université de Virginie entre 1986 et 1996. Il y a fondé le programme d’études à l’étranger de l’université de Virginie à Jodhpur, en Inde, en 1994. Il est le seul membre non européen du Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud à Paris, en France, où il est un chercheur actif depuis 1992.
Il est l’auteur de six monographies, dont cinq publiées par l’University of Chicago Press : Myths of the Dog-Man (1991) ; The Alchemical Body : Siddha Traditions in Medieval India (1996) ; Kiss of the Yoginī : « Tantric Sex » in its South Asian Contexts (2003) ; Sinister Yogis (2009) ; et Dæmons Are Forever : Contacts and Exchanges in the Eurasian Pandemonium (2021). Il est également l’auteur de The Yoga Sutra of Patañjali : A Biography (Princeton University Press, 2013), et éditeur, chez le même éditeur, de Tantra in Practice (2000) et Yoga in Practice (2012). Myths of the Dog-Man a figuré parmi les  » livres de l’année  » dans l’édition de fin d’année 1991 du Times Literary Supplement ; Kiss of the Yoginī a fait la couverture de l’édition du 20 mai 2004 du même journal. Sinister Yogis a reçu une mention honorable aux PROSE awards 2009 et a été listé comme un livre à noter par CHOICE en 2011. Une édition japonaise de Myths of the Dog-Man a été publiée par Kousakusha en 2001 ; les éditions italienne (Edizioni Mediteranee) et indienne (Munshiram Manoharlal) de The Alchemical Body sont parues en 2004. Une édition russe est à venir.